Histoire inspirante de Swipecity

Swipecity

Jules Kamanzi

Un concept qui évolue

Avec un ami du secondaire, Julien Mbony, et deux professionnels en informatique, Nicolas Girard et Sahil Khoja, notre voulions initialement développer une application mobile qui aurait permis aux gens passant à proximité de commerces de recevoir des notifications sur des produits correspondant à leurs goûts. Toutefois, après réflexion, nous n’étions pas certains que les gens apprécieraient recevoir des notifications publicitaires ou promotionnelles. C’est lorsque nous avons reçu une invitation pour participer au Hackathon des Journées de la culture en septembre 2015 que nous avons pensé adapter le concept au domaine culturel et touristique.

Des efforts récompensés

Le Hackathon, c’est 3 jours d’exploration intense pour trouver des façons de rendre la culture accessible au plus grand nombre de citoyens grâce au numérique. À la fin de ce « marathon », nous avons présenté l’application Québec Enchanté qui permet aux habitants et aux touristes de recevoir de l’information sur les lieux et objets culturels de Québec connectés à des balises. Ce prototype, le point de départ de Swipecity, nous a permis de gagner la compétition et d’intégrer pour 6 mois le Lab culturel, un incubateur de projets numériques innovants en culture, avec une aide financière de 15 000 $.

Pendant cette période avec le Lab culturel, nous avons dû relever plusieurs défis : le temps, l’argent et la recherche de partenaires pour développer l’infrastructure des balises connectées, etc. Une importante partie du travail s’est donc déroulée aussi sur le terrain, dans le Vieux-Québec.

Le mois d’avril 2016 représente une période importante pour Swipecity. Le 7, nous avons officiellement lancé l’application. Le même jour, nous avons appris que nous avions gagné le prix Coup de cœur du jury du Défi OSEntreprendre, un concours dont j’avais entendu parler par Entrepreneuriat Laval pendant mes études au baccalauréat en informatique. Le lendemain, nous avons présenté notre projet dans le cadre du colloque Web à Québec (WAQ) dans le volet startup. L’enthousiasme du jury nous a donné une grande confiance pour la suite.

Toutes ces expériences concluantes nous encouragent à poursuivre notre travail. Nous aimerions développer Swipecity dans d’autres villes comme Montréal dès l’année prochaine. Nous pensons aussi déployer l’outil dans l’ensemble du Canada et à l’international, étant nous-mêmes une équipe multiculturelle (un Rwandais, un Indien et un Québécois d’origine rwandaise). De plus, nous espérons que notre application deviendra tout naturellement un « compagnon de choix » pour les touristes et les habitants des villes et qu’elle contribuera à leur faire découvrir de nombreux trésors culturels.

Octobre 2016