Histoire inspirante de iWrap

iWrap

Raphaël Provost

Choisir l’entrepreneuriat

À 16 ans, je me suis enrôlé dans l’armée et j’ai servi pendant 3 ans comme fantassin. C’est là que j’ai su que je ne voulais pas avoir de patron. En sortant de l’armée, je me suis inscrit au baccalauréat en administration à l’Université Laval. En même temps, je lançais ma première entreprise. À 19 ans, j’avais une compagnie de peinture avec un chiffre d’affaires d’un demi-million et 14 employés.

La compagnie allait bien, j’ai donc mis le bac sur la glace. Je pense que c’est important de savoir saisir les opportunités et de suivre ton instinct. D’ailleurs, pour être un bon entrepreneur il faut aussi être prêt à travailler des semaines au début sans être payé. Il faut aussi être fort mentalement parce que tu peux perdre beaucoup d’argent et avoir envie de tout laisser tomber. Mais peu importe la tempête, une fois qu’elle est passée, le beau temps revient.

Saisir les opportunités

Comme l’entreprise de peinture allait bien, j’ai suivi ma licence d’entrepreneur général pour ajouter la rénovation à mes services. Je faisais beaucoup de rénovations de cuisine et je peinturais des armoires en mélamine. Je cherchais un meilleur moyen de les couvrir et je suis tombé sur une pellicule de vinyle haute performance de la compagnie 3M. J’en ai commandé un rouleau et le résultat était excellent. Alors j’ai décidé de créer une compagnie distincte pour offrir ce service; iWrap était née.


« Un entrepreneur est quelqu’un qui met en action les idées qu’il a en tête, peu importe les défis à surmonter. Il fait grandir une entreprise en fonction de ses valeurs et de ses croyances. »

Lors de la création d’iWrap, j’ai tout fait seul pendant un an. J’ai même participé au Concours québécois en entrepreneuriat avec l’aide de Marlène Fréchette d’Entrepreneuriat Laval. Grâce à ses bons conseils, j’ai remporté le volet régional. Elle m’a aussi mis en contact avec des clients potentiels.

Aujourd’hui, iWrap est présente à Montréal, Québec, Ottawa et Edmonton. J’ai 12 employés et je compte encore grandir. J’aimerais créer des franchises de iWrap au Québec puis éventuellement ouvrir des succursales au Canada.

Juillet 2016